TUNIS BY NIGHT… THE SHOW IS GOING ON

Publié le par Jihane

Vendredi soir a Tunis, une belle soirée s’annonce en compagnie d’Adib, venu spécialement de Klebia pour me faire voir la capitale tunisienne by night.

 

Latina… une salon de thé pas comme les autres…

 

Dans notre conception des soirées du week-end ou les jeunes sortent s’amuser et socialiser J, l’alcool est une donnée importante même pour les non buveurs. Pourtant, figurez vous que le Latina a réussi un vrai challenge : avoir une clientèle amoureuse de Salsa et sirotant des sodas et du café toute la soirée.  

 

La salsa, une danse qui m’a toujours fait peur…

 

Il y a des rythmes sur lesquels tout le monde peut prétendre être un expert, comme la plupart de ceux que l’on écoute en boite de nuit. Il y a aussi les rythmes orientaux, qui sont pour les Maghrébins et les Arabes des danses basiques. Et enfin, les danses latinos : Le flamenco, la danse qui me fascine le plus ; le Tango, celle que je n’arrive toujours pas a comprendre ; et finalement la Salsa qui m’a toujours fait peur. Raison très simple, je ne sais pas danser la salsa et je vous jure que ça n’est pas la volonté qui me manque.

 

Adib est un danseur de salsa formidable, enfin je crois J Après m’être tapé la honte en me hasardant sur la piste,  je l’ai laisse danser avec une jeune fille qui s’en sortait mille fois mieux que moi.  Sur la piste, plein de couples étaient en train de Salser, je viens d’inventer le verbe. Chacun avait son style et moi j’étais fascinée de les voir se mouvoir…

 C’est un plaisir de danser, mais c’est un plaisir plus grand de voir des gens qui ont cette étincelle dans les yeux quand ils dansent. Je souriais un peu bêtement en les regardant, pendant qu’Adib, dans son souci de ne pas me laisser seule, me fait des petits signes entre deux pirouettes.

 

A un moment, l’ambiance change, le DJ passe aux chansons orientalesJ. Et là, le Caire réapparaît devant mes yeux. Cette ville me manque, mais je me sens beaucoup mieux ici. Les gens, ici, profitent de leur jeunesse. Ils ne demandent qu’une chose, passer du bon temps ensemble.

 

Changement d’ambiance… Bienvenue au Jasmin !

 

Une véritable boite de nuit, alcool, cigarette, jeunes, et musique. Du charme subtil de la Latina, nous entrons dans le vrai monde de la nuit. Ambiance sombre, jeux de lumière et fumée. Bizarrement je me régale de cette ambiance la, je reconnais les poutres dont m’avais parle ma colocataire, celles qui servent d’accessoires aux danseurs et danseuses sur le bar.

 

Au départ, tout me paraît étranger, les jeunes filles très légèrement habillées, la proximité physique entre les hommes et les femmes, mais sans vulgarité, ni indécence… Hé oui le Caire est toujours en arrière plan. Mais très vite, le naturel me revient et je me sens tout de suite à l’aise, comme dans les endroits que j’adore a Casa.

 

Adib a joue à la Star toute la soirée. Il connaît tous les gens in, du gérant, un Tunisien juif, au serveur je crois bien.

 

 

Sur le chemin du retour, mes oreilles bourdonnent. J’ai passe une superbe soirée, je me suis défoulée. Mais encore une fois, je me rends compte que ces ambiances-là, c’est dépassé. Je ne sais plus trop quoi penser…

Publié dans Coup de Coeur

Commenter cet article

Infinity 12/02/2006 20:27

La tunisienne qui balance .. :) Si au Latina on ne vend pas d'alcool .. c'est qu'il n'avait pas le choix .. vu que dans toute la zone du Lac aucun établissement n'a eu la licence pour vendre de l'alcool .. même l'hotel 5* à quelques mètres .. Pourquoi le Latina a gagné "le pari" .. qui n'a rien de pari .. c'est que la salsa est la nouvelle mode de la "en vue de la jetset" tunisienne .. on prend des cours de salsa dans la salle de sport Inn juste pas loin .. et on se trimousse sur la piste de Latina .. qui est à ma connaissance le seul endroit "propre" où on danse la salsa .. :) .. Pour le Jasmin .. que j'ai envie de pleurer .. c'était un magnifique Piano Bar .. intime .. et très agréable .. on y prenais un verre après le dîner .. et avant d'aller chanter au karaoké du sindbad .. tous les vendredi ..Après monsieur le gérant a décidé d'en faire une discothèque .. en gardant l'ambiance salsa aussi .. du piano bar .. Puis il a carrément viré discothèque .. il y a 2 ans .. c'était le rendez vous des gais de Tunis .. Ravie que tu t'étais bien amusée .. c'est l'essentiel :)

Jihane 12/02/2006 20:44

Infinity... Je vois bien que nous ne voyons pas les choses de la meme facon, et j'en suis heureuse. A force de tout denigrer, on passe devant l'essentiel.

mhidou 29/01/2006 04:35

j'aime pas trop squatter les blog des autres pour mes debats , mais puisque je suis interpellé sur le blog de jihane, autant repondre  ...- je n'ai jamais apprcié le sentiment d'indifference ...  donc bien heureux de t'avoir decu  :) , et contant que tu ais fait un tour sur mon blog ... j'aurais preferé que tes commentaires se fassent de l'autre coté ... -  Pour revenir a cette histoire de cartes portales ...  franchement ... tu en connais toi beaucoup de locaux qui achetent et envoie des cartes postales ... moi pas  ....  et pour moi, jihane est la plus classe des touristes, par le choix des mots, et des photos ... donc ne nous arretons pas a des futilités ...enfin, je ne pense pas aue jihane ait besoin de mes hommages ni de mes fleurs, ni de celles de personne d'ailleurs ... le succes de son blog temoigne de la qualité de ses postes et ses cartes portales...

Salvador Ali 27/01/2006 15:03

Chère Jihane, en cherchant bien je nous suis trouvé un ami commun.
Quand je dis ami je suis peut-être loin du compte parce que lui n'est plus tellement convaincu de la réalité de cette amitié. Tu imagines à quel point il peut être pénible de se retrouver ainsi entre deux personnes en conflit, en l'occurence toi et lui.
Je t'invite donc à nous permettre, à tous les trois puisque nous y voila, de clarifier la situation entre vous deux.
Je serais heureux d'être un fil blanc entre vous, comme on dit chez nous...
Salvador A.

Jihane 27/01/2006 15:07

Je serai heureuse d'etre le fil blanc. Je t'invite a rendre cela plus "discret" et passer sur les mails.
 

laughing buddha 27/01/2006 14:35

haha!!!
Voit - on se profiler une belle joute verbale entre le politiconaute Mhidou et le grand cavalier mystérieux Salvador ali?
Celebrity Deathmatch!!!!
  

Jihane 27/01/2006 14:39

LB.... Ca fait plaisir de te voir par ici ;-)
Moi je suis depasse par les evenements ;-) Mais en tous les cas je suis tres contente du debat.
Mhidou... Aie aie pour toi... Hi hi
Salvador Ali... Merci mais je peux te dire que Mhidou reagis,mais a sa facon....Et sa facon est plus que respectable et change vraiment les choses.

Salvador Ali 27/01/2006 12:40

Cher Mhidou, ton commentaire m'a déçu. Je me suis donc aussitôt tourné vers ton site pour te comprendre mieux. Politiquonaute ? Admettons. Mais la politique se fait dans la rue, pas à l'abri d'une page web. Moi, quand je croise des patrouilles de GUS, je les aborde et je les interpelle sur leurs débordements. ça leur scie la chique mais il m'arrive souvent de recueilir de surprenants mea culpa. Même chose pour le reste de ce que je refuse de subir dans mon pays : je me lève, j'interviens et j'agis.
Bien sur j'écris aussi, mais dans une logique d'intervention directe. Sinon, à quoi bon, autant tenir un VRAI journal intime vraiment intime, avec le grattement de la plume sur le papier et les pages qui s'alourdissent imperceptiblement du poids de l'encre déposée...
En général, je me méfie du mélange des genres, en l'occurence, des journaux intimes ouverts aux premiers venus. Ou bien c'est un journal intime et c'est intime, ou c'est une page publique et dans ce cas, faut assumer, jusqu'au bout, y compris ce genre d'interpellations...
Quant à mon commentaire sur les textes de Jihane, permets moi de te dire que ta réaction m'a fait penser à ce proverbe chinois, je crois, qui dit ceci : le sage montre la lune et l'autre regarde le doigt...
J'ai voulu rendre hommage au talent de Jihane qui m'a énormément séduit par son regard et son écriture. J'ai voulu surtout sensibiliser ses commentateurs au fait qu'il vaut mieux parfois s'abstenir d'en faire. Un autre proverbe si tu permets : si ce que tu as a dire n'est pas plus beau que le silence alors tais-toi. Un seul avantage tout de même au déversage systématique d'opinions etc sur le net, c'est que ça fout la paix aux forêts...
Relis donc mon commentaire cher Mhidou et tu comprendras mieux la la démonstration que j'ai essayé de faire.
Salutations cordiales
Salvador Ali